138 raisons de se taper un rallye de 3000 km

J’en ai pas 138, autant vous le dire tout de suite, comme dans les pubs d’Harley Davidson.  J’en ai au moins une bonne, peut-être deux.  Soit qu’on me verse un salaire pour le faire et que je vais manger du saumon fumé qui n’a jamais été congelé. 

Je pars pour Sept-Îles demain matin, avant le lever du soleil.  24 hres de conduite en 2 jours au bas mot.   Le voyage en durera quatre.

Une telle promenade est excessivement payante pour moi puisque mon allocation versée par kilomètre est généreuse, en plus de ma paye régulière.  Je ne suis pas particulièrement endurant dans tout ce que je fais dans la vie.  Ça prend deux jours à mon foie pour se remettre d’une cuite,  deux jour aussi pour digérer du concombre et quand je fais des efforts physiques notables, je suis raqué pendant une semaine.  Je n’ai plus la forme c’est évident.  Et j’ai seulement 25 ans. À un paquet par jour et avec un mode de vie archi-sédentaire, je n’ai que moi à blâmer pour ça.

Mais il y a une chose pour laquelle je suis encore une machine, une passion qui ne me fatigue jamais et pour laquelle je suis de loin supérieur, au point de vue endurance, à la plupart des gens.  Conduire.  J’aurais fait un bon camionneur.  Vous me direz que ça ne requiert pas un grand effort physique, c’est vrai.  Mais quiquonque a déjà conduit plus de 8 à 10 heures consécutives vous dira que ce n’est plus une partie de plaisir rendu là.  Moi, je n’ai qu’un objectif derrière le volant, et c’est de rallier le point  »B » le plus vite possible.  Aussi loin soit-il. Ça me tient éveillé. 

Je ne me suis jamais rendu à ma limite.  J’ai déjà fait le trajet Montréal-Virginia Beach en 15 heures, en arrêtant seulement pour mettre de l’essence.  Demain, c’est 12 heures en ligne qui m’attendent.  La 138 parait foutrement plus longue que toutes les Interstates de la côte est cependant.  

Pour y être déjà allé, je sais que le paysage est sublime.  J’essaierai de prendre des photos de la mer à la hauteur de Port-Cartier.  Elles seront peut-être floues par contre…  Je n’arrêterai pas pour ça 😉

Quel est le plus long trajet que vous avez effectué sans arrêter vous ?

7 réflexions au sujet de “138 raisons de se taper un rallye de 3000 km”

  1. On a fait l’aller retour Matane-Ottawa…18h…
    Je ne le ferai plus jamais (ben pas avec ces personnes là!)

    Tu me feras un coucou rendu à Baie-Comeau. Avec mes yeux de lynx (not!), je devrais te voir!

  2. Montreal-Virginia Beach moi aussi. Mais nous on l’avait fait en 14 heures 🙂 nananananère!!

    L’allée et le retour à été fait de nuit. Pas besoin de te dire que pour revenir, moi et mon ami ce reliait environ au heure derrière le volant tellement on étaient fatigués. Disont qu’on avait passé toute la journée à la plage à boire quelques Coors Light 🙂

  3. Je n’ai aucune tolérance pour rester sans bouger pendant de longues heures. Même quand ce n’est pas moi qui conduit. Le plus grand calvaire de ma vie fut sans doute Montréal-Paris en avion, tassés en sardines avec Air transat. Pour la route, 5 heures entre montréal et le lac-st-jean, c’est mon top. Et encore, j’arrête au moins une fois.

  4. T’as le choix:

    Trois-Rivières – Rouyn-Noranda en plein hiver entre Noël et le Jour de l’an en 1998

    OU

    Montréal-Matane (d’une shot) quand on a fait le tour de la Gaspésie en 2003-2004 j’me souviens plus.

    J’te dirais que le trajet pour aller en Abitibi en plein hiver … CRISS QUE C’EST LONG! (Surtout dans le Parc)

Laisser un commentaire