Méchant trip !

J’ai survécu à mon cours de pilotage…  Toute une expérience.  Je l’avoue, j’ai eu la chienne.  J’avais peur de moi.  J’avais une confiance aveugle en l’instructeur à mes côtés, c’est juste que ce dernier me disait calmement quoi faire avec les bras croisés…

Il aurait pu faire semblant de co-piloter au moins.  Ça m’aurait rassuré.

J’ai décollé l’appareil seul, c’était relativement facile.  Un avion est fabriqué pour décoller.  Ça  »pogne » dans le vent et ça s’envole tout seul ou presque.  Piloter dans les airs ? Encore plus facile.  Le vrai défi, c’est l’atterrissage.  Poser un avion est contraire à tout principe élémentaire de la physique.  Il faut combattre le vent, trouver le bon angle, le faire à la bonne vitesse, freiner à la bonne fraction de seconde avec la juste pression sur le pédalier, bref, tout doit être parfait pour assurer une réussite en douceur. 

J’ai choké les amis.  Ne le dites à personne.  J’ai aligné l’avion, réduit l’altitude à 500 pieds, puis j’ai demandé à mon playboy d’instructeur de finir la job.  J’ai pogné la chienne devant tant de choses à vérifier avec ma plus que limitée expérience.

Il a donc prit les commandes en éclatant de rire, puis a posé l’appareil avec plus de douceur que le papier-cul avec les ti-chats blancs dans l’annonce.  J’ai a peine senti les roues toucher le sol.

Une fois débarqué, il m’a avoué qu’il avait testé mes couilles, mon courage.  Il ne m’aurait jamais laissé atterrir tout seul.   Au premier vol, ça ne se fait pas. 

Quand je lui ai dit que je n’avais vraisemblablement pas de couilles, il m’a répondu que de choker à 500 pieds était tout de même remarquable.  La plupart des élèves chokent avant d’aligner l’avion avec la piste, à plus de 3000 pieds.

Je ne sais pas s’il a dit ça pour sauver mon amour propre, mais ça m’a fait plaisir de l’entendre.  Mon orgueil est sauf.

À part ça, Trois-Rivières est une ville plate à survoler.  Y’a rien à voir à part le St-Maurice qui se jette dans le fleuve.  L’instructeur était fier de me faire faire un tour du centre-ville à basse altitude.   J’ai rit en voyant ce qu’il appelait un centre-ville !  3 usines et deux édifices.  On est loin de mon centre-ville…

J’ai pris un tas de photos évidemment, je vous les met sur le blogue bientôt avec celle de l’Oktoberfest qui a dégénéré en fin de semaine passée.

11 réflexions au sujet de “Méchant trip !”

  1. l’ex: Sauter en bas des avions, ça doit être malaaaaaaaaaade 😀
    Bouddi: Ça fait peur en maudit ! On se sent comme une mouche à la mercie d’un ti-moteur.

  2. PAS CAPABLE!! Juste de savoir que le père de mes enfants pilote depuis l’été dernier et qu’il emmene mes mousses avec lui… je capoooote!!!!

    ARGGGGGGGG! J’ai le vertige juste a regarder le stade olympique de dehors!
    🙁

  3. Met’s en que ça doit etre le fun. J’ai deja sauté en chute libre 12,500 pieds, un estie de beau trip 🙂 Je pesais 220 lbs, juste la limite en tandem. quand le parachute a ouvert, ça fesser, et j’ai eus des bleus sur les 2 bras pendant un semaine.

Laisser un commentaire