Bute, Koivu et… Le K.O. de Morissette

Je discutais avec Louis Morissette hier midi.  J’étais en heure de lunch au bureau, et j’écoutais son intervention à la radio avec laquelle j’étais plus ou moins d’accord.

Comme je n’avais rien de mieux à faire, à tout hasard, j’ai signalé le numéro de téléphone de la station en question et on m’a répondu tout de suite.  On me l’a transféré et j’ai argumenté avec lui, le temps d’une chanson en ondes.

Morissette parlait du fait qu’il était impressionné que Lucian Bute, qui est au Québec depuis 4 ans, accorde des entrevues en français, et qu’il s’exprime même fort respectablement dans la langue de Molière.  En quatre ans, le Roumain d’origine s’est vraisemblablement très bien intégré au Québec.

Il en ensuite enchaîné avec une comparaison que j’ai trouvé douteuse sur le coup.  Soit que Saku Koivu lui, ne parle pas un crisse de mot français malgré le fait qu’il soit ici depuis plus de 10 ans.

Le roumain est une langue latine tout comme le français.  Les quelques phrases que Bute a prononcées dans sa langue maternelle après son combat vendredi soir étaient presques toutes compréhensibles pour un gars comme moi qui n’en parle pas un traitre mot.  Demandez-moi si je comprends une seule syllabe de finlandais…  Sans rien enlever à Bute, Koivu part de plus loin pour parler français. 

J’ai appelé Morissette pour lui dire qu’il avait la comparaison facile…  Que Koivu maîtrisait déjà deux langues, et qu’en apprendre une troisième fort étrangère peut impliquer des heures d’apprentissage pour un joueur de hockey qui est déjà fort occupé.  Un joueur de hockey trilingue, ça sert à quoi ?  J’aime mieux qu’il passe les heures sur la patinoire à s’entraîner plutôt que dans un cours de français. 

Or, Morissette m’a ensuite fermé la gueule solide après avoir écouté mes arguments attentivement.  Tel un boxeur qui attend patiemment le bon moment pour achever sa proie.  Obstineux comme je suis, c’est rare qu’on parvient à me fermer la gueule.  J’ai trouvé chaussure à mon pied.  Il m’a simplement parlé de la totale absence d’effort de la part du capitaine du Canadien.

Il m’a passé le K.O. quand il m’a remit sur le nez la présentation des joueurs au match d’ouverture au Centre Bell tout récemment.  En gros plan, sur le tableau indicateur avant le match, devant plus de 21 000 personnes, la face de Koivu, souriant, qui prononce : »…this is my team. » avant la présentation officielle de tous les joueurs.

Je cite Morissette: » C’était trop dur de mémoriser trois mots en français (voici mon équipe) avant d’enregistrer le petit vidéo crisse. Juste pour faire plaisir aux partisans et fermer la gueule des dénigreurs. Il les a dits en anglais.  On ne lui demande pas de l’apprendre, juste de se forcer un peu… » 

Et moi de répondre:

– ebb je, blub be.  Jebbe bbl.  T’as raison crisse Louis.  Bonne journée !

– Merci d’avoir appelé.

Et vlan !  1-0 Morissette.  Je ferme ma gueule.

14 réflexions au sujet de “Bute, Koivu et… Le K.O. de Morissette”

  1. « T’as raison bllbl blloullb rremmfkwe bllob » ??!!?! C’est en quelle langue, ça, au fait ? Je suis sûre que Koivu la connaît ! Je n’ai aucune espèce d’intérêt/respect/admiration pour ce monsieur Morrissette, mais faut dire que là, ben… il l’avait, l’affaire. Bllllbbbmmb ! 😉

  2. Anick: Pas que j’aime être bouché, mais cette fois j’ai perdu !
    Caro: C’était mes bribes de bégayage en finlandais. Je sais que tu savais ! 😀

  3. Comme on dis parchenous…. Din dents!

    hehe … Il a pas tort le chum a Véro! C’est quoi déja son nom?

    Pffffmouaahahahahahaha!!!!!11

  4. Je l’aime bien aussi Bouddi. Même s’il m’a fermé la gueule ! Il a les couilles de dire parfois certaines choses, et de les assumer contre vents et marées. 😀

  5. À la défense de Saku, il faut dire qu’on ne connait pas toute l’histoire. Saku Koivu qui dit « This is my team » est une séquence scriptée. Il n’a pas décidé de dire ça comme ça, filmé à son insu.

    C’est un problème du département marketing du CH ça, on n’avait qu’à lui dire de réciter « Voici mon équipe » quitte à l’écrire phonétiquement sur un « côtron ».

    Jamais il aurait dit, dans un finlandais impeccable: « Non oôôôh non, moi Saku Koivu, je refuse de dire ces trois mots en français, je parle déjà 2 langues et je joue en désavantage numérique, alors l’effort surhumain que me demanderait le fait d’apprendre cette phrase complexe dans une troisième langue aurait pour effet de nuire à mon jeu contre les Hurricanes de la Caroline ».

    Juste pour dire que Louis a un bon point dans ce cas-ci mais la cible n’est peut-être pas bien choisi dans son exemple.

  6. @ Mathieu:
    T’as pas tort dans ce que tu dis. Si le dept. de marketing du CH avait dit à Koivu de dire cette phrase en français, il l’aurait fait sans rechigner. Cependant, un peu d’initiave et de bonne volonté de la part de Koivu n’aurait pas fait mal non plus.
    Moon: Vraiment douteux le jeu de mot 😉
    Patate: Y’a juste toi et Morissette qui ont toujours raison 😉

Laisser un commentaire