Jokes du vendredi

M. Girard est au tribunal pour répondre du meurtre de sa femme.
– M. Girard, vous avez poussé votre femme en bas des escaliers.
– Mais je l’aimais m’sieur le juge.
– Vous l’avez ensuite frappée à plusieurs reprises.
– Mais je l’aimais m’sieur le juge.
– À-demi consciente vous l’avez traînée dans la rue et là vous avez pris votre voiture et lui avez roulé dessus.
– Mais je l’aimais m’sieur le juge.
– Vous descendez de votre voiture et tirez à dix reprises sur votre femme.
– Mais je l’aimais m’sieur le juge.
– M. Girard, vous ferez vingt ans de travaux forcés.
– Je le savais, je le savais, je le savais donc !
– Comment ça vous le saviez?
– Bien oui ! Quand on aime, on a toujours vingt ans !

****

C’est un homme qui se meurt à l’hôpital. Sa femme est à son chevet.
– Ne t’en fais pas, lui dit-elle, je prends soin de toi, ne t’en fais surtout pas !
– Mais Hélène j’ai quelque chose de très important à te dire.
– Non, non, non, te t’énerves pas, je suis là, je prends soin de toi.
– Mais Hélène…
– Je t’ai dis de ne pas t’en faire, je prends soin de toi.
– Il faut que je te dise: je t’ai trompé avec ta soeur, je t’ai trompé avec ta belle-soeur et je t’ai trompé avec tes deux meilleures amies.
– Ne t’en fais pas, ne t’en fais pas, je sais tout ça… même que c’est pour ça je t’ai empoisonné !

Laisser un commentaire