J’arrive de Memphis où j’ai passé la dernière semaine dans un congret de manufacturiers de pièces d’avions pour mon travail comme à tous les ans.

Une semaine au Tennessee en plein mois de Janvier, c’est toujours bienvenue.  Ça coupe mon hiver en deux, et on me verse un salaire pour le faire en plus.  Il faisait 15 degrés avec un gros soleil la semaine dernière.  Je fumais en t-shirt à l’extérieur de l’hôtel.  Les locaux portaient un manteau d’hiver et me regardaient de travers.

Une semaine, c’est suffisant par contre.  Suffisant pour commencer à recenser les détails qui nous agacent.  Dans le  »South » des États-Unis, on fait les choses différemment.  C’est loin le South.  Le South des États-Unis se définit par les états de la Géorgie, l’Alabama, le Tennesse, le Mississipi, la Louisiane, l’Arkansas et l’est du Texas.  La Floride, bien que plus au sud que tous ces états, n’y figure pas.

Dans le South, on boit du whisky, on fume, on mange des gritz**, des ribs barbeque (c’est comme ça qu’il écrivent barbecue), on regarde le football de la NFL religieusement, on écoute du blues jazzy et on parle avec l’accent du sud.  Jusque-là, y’a pas de trouble avec moi.  Je m’adapte très bien, j’aime m’imprégner de la culture locale.

Par contre dans le South, il y a de petits détails qui m’irritent.  Ou enfin qui m’irriteraient si j’avais à y passer plus de temps.  La première chose qui me vient à l’esprit, c’est la manie qu’ils ont de frire s-y-s-t-é-m-a-t-i-q-u-e-m-e-n-t tout organisme vivant qui sort de la mer à des fins alimentaires.  Le poisson, les huîtres, le homard, et tout le reste.  On balance tout ça dans la panure, puis dans l’huile de pétates frites ensuite.  Et on vous le sert justement avec des pétates frites.  J’ai même mangé des cornichons marinés frits en entrée colisse. 

Ça vous prend 4-5 digestifs après ça pour vous faire passer le haut-le-coeur d’exédant de friture.  Pas étonnant qu’ils sont si obèses les américains dans ce coin-là.  Il boivent tous de la bière légère mais ingurgitent des repas de friture de 3000 calories.  Je me suis contenté de manger des ribs barbeque, des pork chops barbeque, du corn beef barbeque et du barbeque roasted chicken le reste de la semaine.

Autre chose qui m’agace, c’est le mot y’all.  Une contraction de you all.  Ils placent un y’all à toutes les 2 phrases.  Tu finis par n’entendre que ça et un moment donné sans le vouloir tu échappes toi même un discret farme donc ta y’all  bien de chez nous que personne ne comprends par chance.  L’abréviation y’all n’est utilisée que dans le South des États-Unis, mais par tout le monde qui y habite ou y a grandit.  Si jamais vous l’entendez, vous saurez assurément d’où vient la personne qui le prononce. 🙂  En passant, l’Arkansas, se prononce Ar-Kan-Saw…  Vous l’aurez apprit ici.  Moi qui ait toujours prononcé Ar-kan-Zasse!  J’ai bien tenté de leurs expliqué qu’ils ne prononçait pas le nom de leur état comme il faut, mais j’ai bien fini par croire que c’est moi qui l’avait toujours mal prononcé.  Pour me venger, je leurs ai apprit que ça prend un accent aigu quand on écrit Montreal et Quebec.  On était donc quitte moi et les Américains.

Historiquement, le South des États-Unis, fût le berceau de l’esclavage en Amérique.  C’est encore très pauvre aujourd’hui.  La population est noire à environ 60-70%, les emplois au salaire minimum sont majoritaires, et malheureusement, en période de crise économique, j’ai remarqué plus d’itinérance au centre-ville de Memphis que lors des 3 dernières années.  De toute la semaine, je n’ai jamais pu fumer une cigarette loin de mon hôtel, sans qu’on vienne m’en quémander une.  Une première. 

Memphis est donc un amalgame des observations mentionnées ci-haut.  Ça donne une ville au cachet particulier.  On y retrouve les meilleurs musiciens de blues au monde, les pubs sont sympathiques et il y a beaucoup d’ambiance.  La viande cuite barbeque style y est délicieuse, et on retrouve plusieurs vestiges d’Elvis et du Rock n’ Roll des années 70 éparpillés dans la ville.  Par contre la nuit, c’est vraiment dangeureux et il faut éviter carrément de marcher seul.  Le taux de criminalité est extrême.  Pas parce que la population est noire, mais bien parce qu’elle est pauvre.  Une collègue de travail qui reste là a exigé que je l’accompagne jusqu’à sa voiture dans le stationnement de notre hôtel un soir.  Sa voiture était à environ 200 mètres de l’entrée principale de l’hôtel où nous étions.  Elle m’a jurée que ses précautions n’étaient pas inutiles.

Voici la célèbre rue Beale, au Centre-Ville de Memphis.  Là où peu de gens repartent à jeun, ou seul le soir…

En conclusion, mon voyage annuel est toujours aussi plaisant.  J’en apprends un peu plus chaque année. Il y a bien des aspects qui me plaisent dans le South, mais il y en a tout autant qui me font réaliser que maudit qu’on est bien chez nous.  Dans nos tempêtes de neige, notre température de cul, nos problèmes et nos faux problèmes, nos bars sans fumée et nos restaurants de fruits de mer!

**Le gritz est un genre de gruau à base de maïs qui se mange autant pour déjeuner que pour souper.  On peut y ajouter du sucre ou du sel selon notre humeur, mais la recette la plus populaire est d’y ajouter du fromage en tranche orange pour en faire un plat cheesy.  Sous toutes ses formes, à mon goût, c’est dégueulasse.  C’est par contre très nourissant et peu coûteux.  Tout le monde en mange dans le South qui est par ailleurs le seul endroit où on peut en retrouver. 








Recently:


Découvertes de nouveaux blogues québécois!



Comments


This entry was posted on mardi, janvier 27th, 2009 at 20:04 and is filed under Affaires. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

7 Comments so far


  1. Patate on janvier 27, 2009 20:30

    Oui le gritz c’est un enjeu dans une scène tordante de My Cousin Vinny 😉

  2. Yano on janvier 27, 2009 21:17

    Tu devrais voyager plus souvent, agréable à lire comme bilan!

  3. Lily on janvier 27, 2009 21:32

    J’ai un flashback de mon voyage en Caroline du Sud en 2004 et des gritz…et soudain, j’ai mal au coeur!!!

  4. Rick on janvier 27, 2009 22:07

    Patate: Ah!! J’ai pas vu ce film.

    Yano: Merci. J’aimerais ça voyager plus mais c’est hors de portée pour ma bourse 😀

    Lily: Je pense que personne ne peut aimer ça à moins d’en avoir bouffé depuis la tendre enfance!!!

  5. Clépétar on janvier 27, 2009 22:37

    J’ai une réaction physique de dégoût quand j’entends y’all. Osti que j’haïs cette expression-là!

    Moi qui savais même pas c’était où l’Arkansas, je savais qu’on prononçait ça Arkansaw. Va savoir pourquoi.

    C’est l’fun quand tu blogues, Rick. En plus de mon Google Reader qui m’a averti, j’ai reçu un texto! Faut le faire en maudit pareil!

  6. elbofrere on janvier 28, 2009 12:19

    hahaha sa l’air bon pour la santé faire tout pané je pense que j’aimerais sa:) ahaha ps je me suis partie un nouveau blog vient i faire un tour

  7. Rick on janvier 28, 2009 12:42

    Clép: My God… Une chance que Google ne connecte pas les alertes sur ton vibro-masseur personnel en plus 😉

    Bo Frère: Rock on!

Name (required)

Email (required)

Site web

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Share your wisdom

  Je veux découvrir des blogues!
×

Les meilleurs blogueurs québécois!

Abonnez-vous et faites rayonner les meilleurs blogueurs indépendants du Québec!


Non merci, ça me tente pas!