Ça fait longtemps que je ne vous ai pas jasé de politique.  Juste comme ça, en plein milieu d’un semblant d’été.  Pendant que tout le monde se calisse de ça.  Pendant que les élus sont en congé.  Sauf le ministre de la Sécurité Publique qui voit ses vacances écourtées.  Et Gilles Duceppe qui serre des mains dans la rue en préparation des partielles qui s’en viennent.  Et Harper qui a toujours besoin de son exposure hebdomadaire.  M’enfin passons.

Je pourrais vous parler de Phelps, de Beijing et de la traduction ridicule des noms de ville, de mon retour de Québec, du vandalisme sur mon Caddy, du match des Alouettes ce soir, de la météo.  Mais non! 

Je vous parle de souveraineté à la place.  Savez le mot qui n’est plus à la mode ?  Celui qui est rendu tabou ?  Voyez ?  Pas aussi tabou que référendum mais presque.  Même le PQ n’utilise plus ces deux mots afin de grimper dans les sondages.  Le monde est tanné d’entendre parlé de ça.  Vous aussi probablement.  

Bien moi je ne suis pas tanné.  Je dois être un citoyen distinct.  Qui plus est, ça fait longtemps que je ne vous ai pas cassé les oreilles avec ça.  Alors subissez si le coeur vous en dit.

Aujourd’hui je vous explique donc pourquoi je suis un souverainiste convaincu, avec une légère déviance felquiste quand j’aborde le sujet.

HOWARD GALGANOV. 

Il est l’exemple parfait auquel je ferai référence maintenant à chaque fois qu’on me fera chier avec la question nationale.  Fini la nuit des longs couteaux, fini le love in et tous mes autres arguments préférés qui sont quand même assez vieux.  Galganov est LA raison pour laquelle on ne vivra jamais en harmonie avec le Canada.  Parce qu’ils sont plusieurs comme lui.

Vous pensez qu’il y a du racisme à Montréal Nord ?  Mouhahahahaha.  Vous ne savez pas c’est quoi du racisme alors. 

Howard Galganov, est un pure Canadian comme je les aime. Anti-francophone, anti-Québécois doublé d’une grande gueule et d’un besoin de popularité maladif.  Galganov ne se fera jamais prier pour chier sur notre nation autant que possible.  Quand on le menace de mort, ça le fait jouir le con.  Il se crosse sur une photo de Belinda Stronach probablement, et ensuite il publie un nouveau texte sur le web, colle des affiches scandaleuse dans son village et quoi encore ?

Il est de retour dans les manchettes ces temps-ci, parce qu’il veut faire abolir l’affichage bilingue obligatoire dans son patelin en Ontario entre autres.  M. Galganov, ça lui remue les sphincters de lire du français sur les affiches qu’il croise.  Il s’en va en cour supérieure avec sa cause contre sa municipalité.  Quand je vous dis que le gars aime faire parler de lui…  Ça marche en plus.

C’est exactement à cause de Canadiens comme lui que je suis convaincu que nos divergences d’opinions extrêmes, ainsi que notre culture opposée, font en sorte qu’il m’est inconcevable qu’on me prenne pour un habitant de son pays.  Même aux Jeux Olympiques.

Ça m’écoeure de mettre le lien de son site ici, mais si vous voulez lire d’incroyables absurdités sur la question de la langue, allez dans la section éditoriale de son site:

www.galganov.com

Le gars a resté un long moment au Québec, a se battre contre la loi 101, puis il s’est exilé dans l’est de l’Ontario parce qu’il n’était plus capable de nous sentir, et qu’il devait sans doute commencer à regarder sous son char avant de mettre la clé dans le contact.

Mais il ne fallait pas pour autant le compter pour battu.  S’il est parti en Ontario, c’était seulement pour mieux chier de loin sur le Québec, ses habitants, et surtout sa langue.  Il se présente sous peu en politique comme candidat indépendant dans la circonscription de Russell à l’est d’Ottawa.  Il a aussi publié quelques livres avec lesquels je ne me torcherais même pas, qui traitent tous des injustices que les français font subir aux pauvres anglais.  Galganov scande que nous allons finir par assimiler les anglais !!  Son slogan c’est: Let’s win Canada back !

Je vous cite un des passages de ses inepties, c’est plus fort que moi:

 »The United Counties of Prescott and Russell, located just East of Ottawa are a grouping of communities which share a commonality; besides being small towns, they are very French in language and character.
The other thing they share is that for the most of it, they are relatively poor communities with the exception of those few towns such as Russell and Embrun (Township of Russell), which have significant English speaking populations.
This area is quite unique in Ontario, because, like the ethnocentric Quebecois, many of these French speaking residents want to be different from the greater Canadian (Ontarian) population.
By different, I mean linguistically, where they expect the rest of Canada, in this case the province of Ontario, to give them advantages available to no other cultural communities, simply because they’re French. »

Je vous invite à aller lire le reste de ses conneries.  Ça ferait vibrer la fibre nationaliste de n’importe quel québécois qui s’exprime en français, même les plus fédéralistes.

Alors voilà pourquoi je suis souverainiste.  Parce que le Canada est peuplé de millions d’Howard Galganov.  De Victoria à St-John’s. Seulement, lui a une grande gueule qui nous permet d’apprécier ce que l’on raconte à notre sujet en dehors de la province.  Si vous lisez les blogues anglais qui parlent de lui, vous verrez des centaines de commentaires qui secondent ses propos.

Merci Howard !

Grâce à toi, je réalise encore plus à quel point nos cultures sont différentes.  À quel point il est impensable que nous deux habitions le même pays.

Toi et moi avons la même haine viscérale envers l’autre.

À un point tel que tu serais en train de crever sur le bord de la route, et je ne m’arrêterais seulement que pour te pisser dessus en riant.

Merci aussi aux autres Canadians qui ont les mêmes opinions que Howard Galganov à notre sujet !

Vous me faites vibrer la fibre nationale.

Fuck you all.  (Ça vous devriez le comprendre)






  Je veux découvrir des blogues!
×

Les meilleurs blogueurs québécois!

Abonnez-vous et faites rayonner les meilleurs blogueurs indépendants du Québec!


Non merci, ça me tente pas!