Le genre de nouvelle qui m’agresse.  Ce matin dans l’actualité, on apprend tristement que les francophones sont désormais en minorité à Montréal.  Les ménages anglophones et allophones sont de plus en plus nombreux.  À l’échelle provinciale, le français vient de reculer sous la barre des 80%.

Quand est-ce qu’on va faire de quoi hein ?

Me semble qu’un tel recul est prévisible dans une province qui a besoin de plus en plus d’immigration.

Or, la ministre Christine St-Pierre reste très optimiste.  Elle répond a cela qu’il nous faut continuer à inciter les nouveaux arrivants à apprendre le français.

Quand est-ce que l’optimisme à déjà réglé un problème Christine ? Le problème avec l’incitation, c’est que ce n’est pas une obligation.  Pas besoin d’être ministre pour savoir ça.  C’est en apprenant ça à mon avis que le projet de loi controversé de Mme Marois prend tout son sens.  Malheureusement le peuple de peureux que nous sommes n’ira jamais de l’avant avec ce projet.  Pire.  On n’acceptera même pas de se pencher sur la question.  On va se laisser reculer.  Mais n’entrons pas dans la politique…  Restons en aux faits.

Je pensais publier un billet sur le 400e de Québec aujourd’hui.  Un billet qui aurait mentionné que 400 ans, pour une ville, une province, c’est très jeune.  Certains ponts de Rome ont plus de 2000 ans et tiennent encore.

Montréal a environ 365 ans, et vient de perdre la majorité de sa langue.  Comprenez bien que la majorité française ne reviendra jamais ici.  Tout ça commence dans les grandes métropoles.  Je ne veux pas être alarmiste, mais inévitablement, ça va finir par se répandre à l’échelle de la province.  Dans 50, 100 ou 150 ans, ça va finir par arriver. 

Je crois toujours que le Québec finira par se faire assimiler.  Je n’y serai plus, mais ça arrivera.  C’est un peu pour ça qu’on m’a déjà qualifié de felquiste.  J’espère tellement me tromper mais quand je vois des nouvelles comme ça, j’ai tendance à croire que j’ai raison.

Comment une jeune nation peut-elle survivre et protéger ses valeurs de langue et autres, quand elle fait figure de village gaulois entouré par l’envahisseur sur tous les côtés ?  (Pardonnez l’image)

La seule façon de survivre, c’est que la population soit sensible à cette réalité et qu’elle résiste en se serrant les coudes et en adoptant des lois protectrices.

Or, ça fait longtemps qu’on ne résiste plus au Québec.  On est au neutre et on se laisse dériver.  L’attitude du je m’en calisse j’vais être mort semble être populaire.

Alors ce matin, sur son blogue montréalais francophone minoritaire, Rick vous dit qu’il espère ne pas avoir raison.








Recently:


Découvertes de nouveaux blogues québécois!



Comments


This entry was posted on mercredi, décembre 5th, 2007 at 8:16 and is filed under Actualité, Éditorial (c'est juste mon opinion). You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

10 Comments so far


  1. l'ex on décembre 5, 2007 9:07

    Je suis d’accord avec toi sur les mesures protectrices à adopter. Par contre, cela ne veut pas dire non plus d’être alarmiste. Je sais que tu le sais, mais je le dis pareil: la proportion tient compte uniquement de la langue parlée à la maison. Ainsi, mes voisins algériens parlent l’arabe à la maison. Mais ils parlent vraiment bien le français et leurs enfants le parlent même avec l’accent québécois. Faut se méfier des interprétations de ce genre de chiffres.

  2. Marco on décembre 5, 2007 9:35

    As tu entendu aussi que 1 personne sur 5 vivant au Québec n’est pas né ici???

  3. Rick on décembre 5, 2007 9:39

    @ l’ex
    Moi j’interprête ceci comme une pointe de l’iceberg l’ex. Un avertissement, un signal.
    Je suis entièrement d’accord qu’il faut se méfier de ce genre de chiffre sauf que….
    Tes voisins algériens qui parlent l’arabe à la maison, pas de trouble. On n’ira quand même pas dire aux monde quelle langue parler chez eux.
    Qu’ils parlent très bien le français à l’extérieur est fantastique, mais je crois que tes voisins sont une exeption.
    La plupart des algériens immigrés ici parlent le français à cause de leur histoire. Il est donc normal qu’ils s’adaptent mieux, ils ont une base.
    Je me demande si les italiens, asiatiques ou autres qui parlent leur langue à la maison utilisent le français l’extérieur.
    Honnêtement, ça parle anglais de plus en plus.
    C’était mon point.
    Merci pour la pertinence de ton commentaire.

  4. Rick on décembre 5, 2007 9:45

    Marco:
    Pas entendu ça. Mais ça ne me dérange pas du tout.
    On en a besoin.
    Je changerais même beaucoup de pur laines pour plus de Ludmila ou de Miss F si j’en avais l’occasion.
    Il ne faut pas tomber dans le nombre. Il faut juste s’assurer que ceux qui arrivent le fasse avec ouverture d’esprit, et qu’ils soient prêts à s’intégrer dans notre language et nos valeurs.

  5. Clépétar on décembre 5, 2007 9:51

    1- Si tu n’avais pas passé ta soirée d’hier à écouter 24, tu saurais que la nouvelle est sortie hier! 😉

    2- Je suis vraiment 100% d’accord avec toi. C’est plate, mais c’est comme ça. On vit dans une société où on a la mentalité b-s du «on est né pour un p’tit pain, ça vaut pas la peine de faire quoi que ce soit», les Québécois sont des anti-héros, ils subissent, ils font pitié et ils aiment ça parce qu’ils ne font rien pour changer la situation. Ok, certains tentent de changer les choses, mais il s’agit d’une minorité de gens et trop souvent, ils se font regarder de travers…

    Ben au moins, eux, ils essaient!

  6. l'ex on décembre 5, 2007 9:55

    Le Québec s’est battu pour avoir le droit de choisir ses immigrants. Nous sommes la seule province à le faire. Et les algériens, les tunisiens, les marocains, les haitiens et les francais rentrent à la tonne parce que la langue est un critère important du ministère de l’immigration et des communautés culturelles. Il faut quand même applaudir de telles réussites.

    Ceci dit, je partage ton inquiétude sur l’avenir du français mais je fais partie de ceux qui croient que cette langue n’est pas en danger ici pour autant que l’on continue dans cette veine.

  7. Rick on décembre 5, 2007 10:07

    Clép: Merci de me ramener à l’odre 😉
    À cause de Jack, je ne l’ai appris que ce matin !
    l’ex: J’applaudis également la sélection des immigrants mais à l’inverse de toi, je crois qu’il y a un danger qui menace la langue française au Québec. Ce n’est que le commencement, mais je crois que continuer dans cette veine ne sera pas suffisant pour assurer la protection du français.

  8. P'tit Rien on décembre 5, 2007 11:45

    Je seconde entièrement tes propos Rick.

    Et l’aspect le plus désagréable et déplorable, je crois, est de sentir que nous sommes si minoritaire dans notre propre ville (province et pays), que nous ne faisons plus la différence….

  9. Lud. on décembre 5, 2007 20:22

    Rick, merci pour ce que tu as dit. je suis vraiment touchée.

    Clép, je suis assez d’accord avec toi à propos de cette mentalité qu’ont certaines personnes «de souche» (je n’ai pas dit TOUS, attention!), des anti-héros. J’ai toujours trouvé étrange que la réussitte soit suspecte au Qc. C’est comme si «être poche» étaitmieux vu (?!). Je sais que ça a l’air absurde (et ce n’est que mon observation) mais je me demande si c’est moi ou si le Québécois moyen applaudit vraiment plus «l’ordinaire» ou tout ce qui est «moindre» au lieu d’être fiers de la performance?

  10. Rick on décembre 6, 2007 7:55

    P’tit Rien: Moi ça me fait peur en tout cas…
    Lud: C’est qu’au Québec, de façon très générale, on dirait qu’on aime mieux avoir de la pitié que de l’admiration.

Name (nécessaire)

Email (nécessaire)

Site web

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Share your wisdom

  Je veux découvrir des blogues!
×

Les meilleurs blogueurs québécois!

Abonnez-vous et faites rayonner les meilleurs blogueurs indépendants du Québec!


Non merci, ça me tente pas!