S’il y a une journée que je supprimerais du calendrier, c’est bien le lundi.  Matin surtout, comme plusieurs j’imagine.

On revient de la fin de semaine, on commençait donc juste à se reposer et voilà qu’il faut remettre le cadran et aller se faire suer à l’ouvrage.  Faut bien y aller si on veut gagner de quoi passer au travers le prochain week-end.  Pis y fait donc frette. Frette quand on sort du lit, de la douche, de l’appart, du char… alouette !  Fait toujours plus froid le lundi.

Ma fin de semaine ?  Un collègue s’est fait opérer pour le cancer samedi, un meutre est survenu dimanche après-midi dans mon ancienne rue à Lasalle.  J’y restais jusqu’en Juillet dernier et je demeure toujours dans les environs.  Fait du snow samedi, c’était à Gabriel.  Belle journée qu’on a eue.  Babe s’améliore encore.  Magasinage, épicerie et autres commissions dimanche.  Je n’ai jamais d’argent le lundi.

 »Everybody’s working for the week end » est le titre de cette chanson des années 80 qui résume bien mon existence.

La campagne bat son plein, ils parlent juste de ça aux nouvelles.  Déjà tanné d’en entendre parler.  Une chance qu’il y a les autres bloggeurs qui me font sourire ce matin.  Cacawet qui se fait saisir par le fédéral, la célibataire urbaine qui a eu l’air assez folle merci !  Que de divertissement ! 

Je vais terminer en citant la phrase qui me donne de l’urticaire quand j’entends la pub avec la grosse face de Claude J. Charron à la TV: Bonne semaine ! (Avec le sourire niais qui s’ensuit) Je trouve pas ça très vendeur pour son magazine…  Pis chuis pu capable de l’entendre.

Alors, comme dirait le gros Claude J.:

Bodde sebaine 🙂